La phase de cicatrisation est également appelé processus de guérison.

Phases de la cicatrisation des plaies

La cicatrisation d’une plaie suit un schéma bien défini. Ce modèle se compose de trois phases, qui ont toujours lieu dans un ordre chronologique. Dans une plaie étendue il peut parfois se produire simultanément plusieurs étapes de guérison, mais la fermeture de la plaie finale aura toujours lieu lorsque que la dernière phase est à terme. Un certain nombre de facteurs vont influer sur le bon déroulement des différentes phases de guérison / cicatrisation. Si un facteur est absent et / ou une phase est incomplète, le processus de guérison stagne, et on entre alors dans le cas d’une plaie chronique.

1. Phase de réaction :

La phase hémorragique : Il s’agit de la phase de purge qui consiste à empêcher l’expansion de la plaie. Au départ, les saignements s’accumulent pour former un caillot sanguin qui va alors passer par le processus de coagulation. On observe alors une vasoconstriction induite par l’histamine et produit un réseau qui relie les plaies béantes. De cette manière, la plaie est fermée (au séchage d’une croûte) et l’hémorragie s’arrête, les couches profondes sont ainsi protégées.

Phase inflammatoire : Après l’arrêt du saignement, la phase inflammatoire permet de nettoyer les cellules mortes et les micro-organismes. Les substances provenant des cellules détruites (cytokines) assurent la vasodilatation des capillaires autour de la zone de la plaie. Ceci permet aux granulocytes (globules blancs) d’arriver au niveau du tissu endommagé. Is se transforment alors en macrophages qui nettoient les cellules mortes et sont capables d’en faire des bactéries inoffensives. Ce processus est appelé phagocytose. La fonction des macrophages est multiple ils permettent aussi bien la détersion que la stimulation de la phase de réparation en sécrétant des facteurs de croissances nécessaires. Les vaisseaux lymphatiques de drainage sont endommagés et ne sont plus en mesure de mener cette humidité suffisante. Cela se traduit par un gonflement. Les toxines des cellules endommagées stimulent également les nerfs de la douleur. Tous les symptômes classiques de l’inflammation sont réunis : rougeur, chaleur, enflure et douleur. Si la plaie est complètement propre, la phase suivante peut démarrer.

2. Phase de régénération (= phase de prolifération ou la phase fibroblastique)

Regénération de la peau

Regénération de la peau

Dans cette phase, le derme perdu est remplacé par un nouveau tissu (réparation) et la plaie est fermée (régénération de l’épithélium). Le reste des macrophages stimule la production de nouveaux vaisseaux sanguins (angiogenèse). Les macrophages attirent un grand nombre de fibroblastes sur la plaie, qui sont responsables de:
– la formation du collagène, qui se combine en fibres de collagène
– la formation des protéoglycanes (Cette substance contient de l’humidité et fournit l’environnement de la plaie humide)
– la formation de leurs composants protéiques de cellules, appelées myofibroblastes, qui doivent contracter la propriété.

Le regroupement des fibres de collagène et le fonctionnement des myofibroblastes permettent une contraction de la plaie. Le tissu nouvellement formé est appelé tissu de granulation. Il est humide, rouge vif et granuleux. Des substances différentes, apportées par l’hydratation et l’alimentation, sont nécessaires pour la bonne formation du tissu de granulation, tels que: les protéines ; minéraux ; la vitamine A et C ; oxygène ; les facteurs de croissance ; enzymes et des hormones.
L’absence ou une carence de ces substances autres peut sérieusement ralentir ou même faire stagner la cicatrisation. Dès que le niveau du tissu de granulation a atteint la couche d’ensemencement, les cellules épithéliales commencent à se multiplier aux bords de la plaie et couvrir le tissu de granulation.

Lorsque les cellules épithéliales se touchent les unes les autres au centre, la surface de croissance cesse et la plaie est refermée. Le nouveau tissu est encore très vulnérable.

Phase de remodelage

Phase de remodelage

3. Phase de maturation (maturation ou phase de remodelage) :

Le tissu de granulation qui a remplacé le derme doit mûrir sous l’influence des macrophages et des fibroblastes, qui se chargent de la dégradation de l’excès des vaisseaux sanguins, et la conversion du collagène « jeune » en collagène mature, de sorte que la résistance de la cicatrice est renforcée. Ce processus peut prendre de 6 mois à 2 ans voire plus selon les individus.

Facteurs pouvant faire stagner ou ralentir la cicatrisation :

Facteurs métaboliques :

• Patient fortement dénutri
• Insuffisance rénale, hépatique
• Maladie neurologique
• Anémie
• Maladie endocrinologique telle que diabète, cushing …
• Maladie du tissu interstitiel (collagénose et autres)

Effets secondaires de médicaments :
• Chimiothérapie
• Traitements immunodépresseurs
• Corticothérapie

Pathologie affectant la vascularisation tissulaire et son oxygénation :
• Artériosclérose
• Artérites et maladies des petits vaisseaux
• Insuffisance veineuse
• Insuffisance pulmonaire chronique
• Insuffisance lymphatique

Source : http://www.sffpc.org/index.php?pg=connaiss_biologie1
Voir également :

Comment observer une plaie
Le soin des plaies

One Comment