Il faut bien observer la plaie pour déterminer la prescription adéquat pour permettre sa guérison / cicatrisation. Voici les étapes pour le diagnostic :

1- Localisation :

La zone anatomique de la plaie est déterminante, il faut bien la prendre en compte et la communiquer avec ses confrères dans le parcours de soins du patient.

2-Taille :

La taille de sa plaie est en fait sa surface. Elle s’exprime en centimètres ou en millimètre sur le modèle : longueur x largeur x profondeur. Il faut mesurer précisément ces paramètres pour obtenir des données comparatives.

Une photo d'illustration : observation

 3- Aspect clinique (granulation, nécrose,…) :

Il s’agit de déterminer l’aspect et la viabilité du tissu pour faire un premier état des lieux et ensuite suivre le processus de cicatrisation de manière qualitative et quantitative afin, in fine, d’évaluer l’efficacité du traitement.

4- Pourtour (inflammatoire, macéré, irrité…) :

L’état du pourtour de la plaie fournit des informations clés sur les pansements à prescrire ainsi que de pouvoir anticiper le potentiel de complications (infection locale, dermite…) et le niveau de protection de cette zone cutanée fragile.

5- Sécrétions :

C’est le volume des sécrétions ainsi que leur couleur et leur consistance qu’il faut renseigner. La catégorie de pansements primaire ou secondaire qui sera choisi pour le traitement en dépendra. Il faut également prêter attention à l’odeur de l’exsudat.

6- Évolutivité et changement d’aspect :

Pensez à prendre des photos de l’évolution de chaque phase du processus de cicatrisation !

7-Sous-minage ou d’anfractuosités :

Lorsqu’elle est profonde, la plaie doit être inspectée délicatement à la pince ou à la sonde boutonnée. Cette inspection doit être faite régulièrement car des anfractuosités peuvent se produire a posteriori du traumatisme . Un décollement sous la peau ou un espace mort qui n’aurait pas été noté peut vite mener à une infection. Attention !

8- Douleur :

La douleur du patient doit être prise en considération pour une meilleure qualité de soins mais aussi pour une meilleure qualité de diagnostic ! Les douleurs relatives à la plaie doivent être répertoriées. La douleur peut être un signe d’infection.

Attention ! Si vous rencontrez l’un des cas suivants, il faut faire appel à un diagnostic spécialisé :

  • Plaie superficielle très étendue (15 cm² ou plus chez l’adulte). Il s’agit du seuil de taille qui doit vous alerter.
  • Plaie très profonde (apparition de l’os, du cartilage ou des tendons). C’est l’observation des anfractuosités qui doit vous alerter.
  • Plaie située au niveau de surfaces de frottement. Critère de localisation.
  • Plaie sur une ancienne cicatrice avec séquelles de radiothérapie. (Localisation)
  • Plaie stagnante (observation de l’évolutivité)
  • Plaie infectée avec sécrétions de pus et symptômes d’inflammation autour de la plaie (observation du pourtour + sécrétions)
  • Perturbation de la circulation sanguine (aspect clinique)

Surveillance du pansement : Le professionnel de santé doit surveiller régulièrement les douleurs du patient mais aussi la mobilité qu’il conserve avec le pansement et le confort général de sa situation. Il faut également observer la bonne tenue du pansement et son étanchéité.

Voir aussi :
Pansements Primaires (Pansements avancés)
Plaies Chroniques
Plaies Aigues
Utilisation des pansements primaires et secondaires

=================================

 

Voir aussi :

Comment observer une plaie
Le soins des plaies

3 Comments