Chercher du contenu, un article..

Crise sanitaire : pénurie des matières premières dans le secteur médical

Avec la crise du Covid-19, l’économie mondiale a été est mise à rude épreuve. De nombreux secteurs ont été confrontés à une pénurie des matières premières. Construction, industrie automobile, agriculture, mais aussi santé. Quel impact cette pénurie a eu sur le secteur médical ? Comment expliquer les difficultés à avoir des stocks ? Pourquoi une hausse des tarifs ?

 

Un approvisionnement en matières plastiques incertain

Bois, métaux, verre, plastique… toutes les matières premières ont été touchées par la crise globale entraînée par de nombreuses pénuries. Les conséquences sont désastreuses : forte augmentation des prix, difficultés d’approvisionnement en matériaux, délais de livraison croissants… Dans le domaine de la santé, c’est la pénurie de plastique qui inquiète. Depuis le mois de janvier, les approvisionnements en matières plastiques restent incertains.  L’importante demande mondiale en tests, vaccins et autres consommables destinés à la lutte contre le Covid-19 a entraîné de fortes tensions sur le marché du plastique. L’Assistance publique – Hôpitaux de Paris a mis en garde sur ce qu’il risquait de manquer : cônes de pipettes en polypropylène (PP), plaques percées… tous ces produits sont utilisés et nécessaires en biologie, pour assurer la conservation, le transport et l’analyse des prélèvements. À ce propos, L’assistant parlementaire, Pascal Allizard, interroge M. le ministre des solidarités et de la santé. Il explique que « la forte demande mondiale en tests et vaccins contre le Covid-19, aggravée par une consommation croissante d’emballages et des difficultés des industriels, entraînent de fortes tensions sur le marché du plastique. Elles conduisent à des reports, voire des annulations de livraisons de matières pour les fabricants. À ce stade, les professionnels de santé redoutent une pénurie de matériels médicaux en plastique à usage unique, utilisés notamment pour la réalisation des tests de dépistage. Il s’agit en particulier de cônes à filtre, de pipettes ou encore de plaques percées pour les analyses de prélèvements ». A cela s’ajoute des délais de livraisons plus longs, en raison de la reprise économique très intense et la forte demande, mais aussi une hausse considérable des coûts de transport, qui a poussé les prix des matériaux et des importations. Les coûts du fret maritime ont subi un renchérissement sans précédent.

Pénurie

Une reprise aussi forte que soudaine

Les raisons de ces hausses de prix peuvent s’expliquer de différentes manières. Concernant les produits agricoles, les causes sont en grande partie à chercher du côté de la baisse de production mondiale, touchée par des intempéries (incendies, sécheresse…). La baisse du dollar a eu un impact majeur sur l’économie mondiale. En effet, le dollar étant la référence internationale en matière de prix des matières premières, sa baisse entraîne généralement une hausse des prix des matières premières. Sur le plan relations internationales, les tensions entre la Chine et l’Australie, ont entraîné une flambée de l’orge et du charbon. Cependant, la principale cause, reste la sortie de la crise du Covid-19 avec une reprise économique à vitesse grand V. Selon Philippe Chalmin, spécialiste des marchés de matières premières « On assiste à un décalage temporel entre la reprise de la demande et l’offre qui ne suit pas ». A partir de l’été 2020, l’économie chinoise est repartie très rapidement : « La demande chinoise a explosé sur de très nombreux marchés de produits industriels, comme le fer, l’acier, les métaux non ferreux, les produits agricoles comme les céréales et les oléagineux. Si la demande chinoise se tasse un peu maintenant, cette reprise est relayée à partir de la fin de l’année 2020, par la reprise de l’économie américaine qui repart à coups de plans de relance » explique Philippe Chalmin. Le retour des salariés, la réorganisation du travail, la reprise des contacts avec les fournisseurs ont contribué à ralentir la marche habituelle de l’économie. Ces raisons expliquent une situation de rupture temporaire. Cependant, il convient de rappeler, que des causes antérieures à la crise du Covid-19 entrent également en ligne de compte telles que la raréfaction de certaines ressources ainsi que le tarissement des réserves.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées par *