Chercher du contenu, un article..

Vaccination : une 3ème dose recommandée par la HAS

Face à la propagation du virus Delta, le conseil scientifique recommande une dose de rappel. L’objectif : protéger plus efficacement les personnes les plus vulnérables. Une nouvelle campagne de vaccination s’apprête à débuter dès début septembre. Qui est concerné par cette dose de rappel ? Quels pays ont déjà opté pour la dose de rappel ?

Une dose de rappel pour les plus de 65 ans

Et d’une, et de deux… et de trois ! Après l’Allemagne, Israël, ou encore le Royaume-Uni, la France a décidé de mettre en place une campagne de rappel de vaccination. Pour le moment, toute la population française n’est pas concernée par ce rappel. En effet, dans son avis rendu le mardi 24 août 2021, la Haute Autorité de Santé (HAS) recommande une troisième dose pour les plus de 65 ans ainsi que pour les personnes présentant des comorbidités. En France, 5 millions de personnes sont concernées par ce rappel qui commencera début septembre. Le premier ministre Jean Castex a annoncé que les résidents des Ehpad pourront recevoir leur dose de rappel dès le 12 septembre, à condition d’avoir été vacciné en janvier, février.  Avec l’âge, le système immunitaire devient moins efficace. Selon le ministère de la santé : « On commence à avoir un consensus scientifique » sur un possible « affaiblissement des réflexes immunitaires » chez certaines personnes « autour de neuf mois après la première injection« . Bien que la campagne de rappel vaccinal soit destinée à cette catégorie de personnes, elle devrait, à terme, être élargie à un public plus jeune. C’est ce qu’a affirmé Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique : « On manque encore de données là-dessus, mais je pense qu’on y ira », en soulignant qu’il s’agissait de son « impression personnelle ». « On ira à une troisième dose pour une grande partie de la population vaccinée ». Dans certains pays, la campagne de rappel est très avancée. En Israël, ces doses sont accessibles à partir de 12 ans.

 

 

Une stratégie déjà adoptée à l’étranger

Dès la fin du mois de juillet, Israël a lancé une campagne de vaccination pour permettre aux plus de 60 ans de recevoir une troisième dose. Puis le pays a abaissé à 30 ans l’âge minimal pour le rappel. Selon une étude menée par l’organisme d’assurance maladie Maccabi, cette dose dite « booster » produit des résultats encourageants. La 3ème injection du vaccin Pfizer serait efficace à 86% pour les personnes âgées de plus de 60 ans. Selon Eran Segal, professeur à l’Institut des sciences Weizmann :   » Le rappel semble encore tripler l’efficacité de la protection contre l’infection, par rapport aux personnes vaccinées avec deux doses. Il multiplie par cinq ou six la protection contre les formes sévères « . En Europe, l’Allemagne proposera dès le 1er septembre 2021, l’administration d’une dose de rappel Pfizer ou Moderna pour les plus âgés et vulnérables mais aussi aux personnes n’ayant pas reçu un vaccin à ARN Messager. En Hongrie, depuis le 1er août, une troisième dose est à disposition des personnes qui en font la demande. Quant au Royaume-Uni, les personnes concernées par la dose de rappel sont les plus de 50 ans, les plus fragiles et le personnel de santé. Le gouvernement a choisi d’administrer le vaccin Pfizer plutôt que AstraZeneca, majoritairement utilisé en Grande-Bretagne mais jugé moins efficace contre les contaminations. En France, concernant le pass sanitaire, il sera toujours valable sans cette dose de rappel : « Il n’y aura pas d’impact de la troisième dose sur le pass sanitaire. Que vous alliez prendre votre rappel ou non, vous garderez le bénéfice du pass sanitaire », a affirmé Olivier Véran jeudi 26 août.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées par *