Chercher du contenu, un article..

Les variants du Covid-19

Sud-africain, britannique, brésilien… la liste des variants ne cesse de s’allonger. Les premiers résultats concernant la présence des variants du coronavirus sont inquiétants. Le variant britannique est présent dans 15 % à 20 % des cas de contaminations en Ile-de-France. Quels sont les différents variants ? Les symptômes sont-ils différents ? Le vaccin est-il efficace ?

 

 

Des variants plus contagieux

On pensait s’approcher tout doucement de la fin avec la découverte du vaccin contre la Covid-19, mais finalement, ce virus en aura décidé autrement ! Depuis un mois et demi de nouveaux variants ont fait leur apparition. Parmi eux, le variant britannique. Appelé Variant VOC2020 (Variant Of Concern 2020), il appartient à la lignée B1.1.7. Ce variant a été découverte mi-décembre chez un patient français résidant à Londres. Il est responsable de la majorité des cas de Covid-19 en Angleterre et a été identifié dans 70 pays. En France, il représente 15% des cas dépistés en Ile-de-France depuis mi-janvier. Selon les études, cette version mutée serait responsable de l’accélération de l’épidémie du Covid-19 sur le territoire anglais.  Autre variant, tout aussi inquiétant, le variant sud-africain. Ce dernier n’est pas issu de la même lignée que le variant britannique, mais forme sa propre branche, appelée B.1.351. Repéré dans 31 pays dont la France, le variant sud-africain ne représente qu’1% des cas sur le sol français. Beaucoup plus contagieux que le variant anglais. Mais selon Olivier Véran, ministre de la santé, « nous n’avons pas à ce stade de raison de penser qu’il entraîne davantage de formes graves ». Quant au variant brésilien, il fait des ravages en Amazonie. Devenu dominant dans la vie de Manaus en seulement 1 mois, le variant brésilien représente 91% des cas contaminés. Il a été, pour le moment, signalé dans 8 pays. 

 

Un variant qui fait davantage tousser

Selon les dernières études, ces différents variants sont beaucoup plus contagieux et leur capacité de transmission est nettement plus élevée. Qu’en est-il des symptômes des variants ?  On le sait très bien aujourd’hui, les symptômes qui caractérisent la Covid-19 sont : la fièvre, une toux sèche, une fatigue, courbatures, maux de tête, maux de gorge, perte de l’odorat ou du goût. On observe d’autres symptômes également dans les formes les plus graves. En effet, les patients peuvent avoir des difficultés à respirer, ressentir une douleur au niveau de la poitrine ou présenter une perte d’élocution ou de motricité. Une étude a été réalisée en Angleterre sur 6000 patients infectés parle variant britannique. Les chercheurs à l’origine de cette étude, se sont penchés sur leurs symptômes entre le 15 novembre et le 16 janvier 2021. La toux est déclarée par 35% des malades du variant contre 28% des patients touchés par la souche classique. Cela expliquerait peut-être pourquoi ce variant se propage plus vite. En effet, la toux est accompagnée de la projection de microgouttelettes contenant le virus. La fatigue touche 32% des patients contre 29% des malades de la souche classique. D’autres symptômes communs ont été observés chez ces patients tels que les myalgies (douleurs musculaires) ou encore les maux de gorge. Quant à l’anosmie (perte de l’odorat) et l’agueusie (perte du goût), elles sont moins fréquentes chez les personnes atteintes du variant.

 

Le vaccin efficace ?

Depuis le 27 décembre, la France a lancé sa campagne de vaccination contre la Covid-19. Les vaccins Pfizer, Moderna et AstraZeneca ont été autorisés sur le marché français. Depuis le 18 janvier, les professionnels de santé, les résidents volontaires en Ehpad, les personnes âgées de 75 ans et plus, les personnes atteintes d’une pathologie qui les expose à un haut risque face à la Covid-19, sont prioritaires concernant la vaccination. Le Président de la République Emmanuel Macron s’est engagé à traiter tous les adultes qui souhaitaient se faire vacciner, avant l’automne. Au vu de la situation inquiétante avec l’arrivée des variants, la question de l’efficacité des vaccins se pose. Pfizer et BioNTech ont annoncé dans un communiqué le 28 janvier 2021 que leur vaccin resterait efficace contre les mutations des variants anglais et sud-africain. En revanche, selon une étude sud-africaine réalisée sur des jeunes adultes, l’efficacité du vaccin britannique AstraZeneka serait « limitée » face aux formes modérées du variant sud-africain : « Des chercheurs sud-africains et britanniques ont constaté que (…) le vaccin était bien plus efficace contre la [souche] originale du coronavirus » que contre le variant, selon un communiqué sur l’étude de l’université du Witwatersrand. « Les premiers résultats semblent confirmer que la mutation du virus détectée en Afrique du Sud peut se transmettre à la population déjà vaccinée ». Mais cette étude, ne permet pas encore de statuer sur l’efficacité du vaccin contre les formes graves de la maladie car la population choisie par cette étude était à faible risque. La question de l’efficacité des vaccins contre la Covid-19 est au cœur des préoccupations. Mais il est encore trop tôt pour apporter des réponses fermes.

 

0 comments

  • Bonjour,
    Oui il existe une solution pour éradiquer le covid de France…
    je ne m’étendrai pas sur la désatreuse gestion covid par l’état: on confine, on déconfine, on reconfine, couvre feu, couvre feu renforcé, on ferme les écoles et les commerces, on les rouvre etc… du pur mauvais bricolage. On croirait un concours Lépine de l’anti covid!
    Pourtant la véritable solution existe et tient en trois mots:
    tester, tracer, isoler.
    Il s’agit non pas de confiner toute la France (sauf bien sur ceux qui doivent s’entasser dans bus, métro, rer pour aller travailler. Ils sont où les 10 m carrés?)
    Je n’ai rien inventé. C’est la position depuis plusieurs mois de Philippe Juvin, professeur de médecine chef des urgences de l’hôpital Georges-Pompidou et de l’épidémiologiste Catherine Hill, entre autres. L’état utilise bien ces méthodes mais de façon tout à fait symbolique, dérisoire et ineffficace.
    1 – Tester.
    L’état se vante de pratiquer 2 000 000 de tests par semaine. Dérisoire et inutile pour 60 000 000 de français. Ce n’est pas du dépistage, c’est uniquement du diagnostic.
    Ce qu’il faut faire par semaine, c’est 50 millions de tests. Cela parait énorme mais sommes nous une puissance mondiale (je n’ose plus dire grande) ou un état du tiers monde? Techniquement, il faut rassembler des spécialistes de laboratoires, des chimistes, des industriels de la santé, des logisticiens etc. et établir un plan de test de toute urgence en deux semaines. Créer une industrie du dépistage. Nos pauvres labos privés sont actuellement à bout de souffle. Ce groupe de travail sera coordonné par un scientifique, un médecin mais en aucun cas par un politicien!
    2 – Tracer:
    Si 50 millions de tests sont faits par semaine, le traçage ne se justifie plus.
    Par contre si on ne peut tester toute la population il y a problème et le traçage devient nécessaire. Bien entendu l’état a eu une idée lumineuse, sans crainte du ridicule: utiliser les portables des français avec une appli anti covid. Un véritable flop. Seuls 20% des portables utilisent l’appli. Donc efficacité nulle et exemple parfait de la fausse bonne idée.
    Par contre à Singapour la méthode est nettement plus efficace: Singapour a créé un petit objet de 4X4X2 cm appelé jeton de traçage (TraceTogether Token en singapourien) qui fonctionne avec un système bluetooth. Jeton distribué gratuitement à toute la population mais avec port obligatoire. En France on n’a plus d’électronique donc on devra acheter ces jeton peut etre à Singapour. Ou M Macron pourrait regarder sur Amazon (désolé cette blague m’a échappée). Je serais surpris si Amazon ne possédait pas cet objet mais je n’ai pas vérifié…
    3 – Isoler
    Tester, tracer est inutile si les cas positifs ne sont pas mis hors ciculation. Comme pour le reste l’état applique un isolement des plus symboliques: soyez sages, restez chez vous et contaminez tous vos proches! Il faut absolument créer des centres ou structures d’hébergements décents d’où les personnes ne pourront sortir avant une ou deux semaines. Problème: il y a probablement maintenant plusieurs millions de porteurs sains. Faire appel à des spécialistes de l’hotellerie, de la construction, de la protection antivirale etc…
    Et les vaccins me direz vous? La grosse tarte à la creme de l’état qui mise tout sur le jackpot vaccins! Certains ne protègent qu’à 50% à la première dose, donc prudence en attendant la seconde. D’autres vaccins ne protègent qu’à 60% donc si vous etes pris par le virus avec ce vaccin vous avez 4 chances sur 10 de mourir: peu rassurant. Et ne parlons pas des délais de livraison de ces vaccins qui sont considérablement retardés. Ne revons pas: tous les français ne seront pas vaccinés avant au moins un an. Il y a pire: ce covid a la vilaine habitude de se modifier. Si une version resistante aux vaccins actuels venait à apparaitre, tout serait à refaire. Bien entendu l’état n’envisage pas ce cas. L’état préfère faire l’autruche. Pourtant ce cas est possible voir probable…
    Il existe aussi une autre solution, la plus élégante. Un médicament ou une thérapie anti covid qui bloquerait ou désactiverait le virus en cours d’infection. Mais là, coté état c’est le silence le plus absolu alors que l’urgence serait d’aider au maximum les labos qui cherchent cette solution. Et quand on voit que chez notre grand champion national Sanofi on licencie des centaines de chercheurs, on croit marcher sur la tete! Ahurissant!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées par *