Chercher du contenu, un article..

Défibrillateurs : comprendre et s’équiper

Comment choisir son défibrillateur

Les défibrillateurs sont aujourd’hui des appareils indispensables pour la santé publique et une étape désormais courante dans la chaîne des gestes qui sauvent. Les Défibrillateurs Automatisés Externes (DAE*) utilisables par les professionnels comme le grand public depuis le décret du 4 mai 2007 sont disponibles et obligatoires. Cet article va vous permettre de comprendre l’utilité d’un défibrillateur, son fonctionnement. Quels sont es différents types de défibrillateurs ? Lequel choisir ? Guide défibrillateur complet : vidéos réalisées par nos équipes à l’appui.

* Les gestes qui sauvent
* Fonctionnement du coeur
* Fonctionnement anormal du cœur : quand s’inquiéter ?
* Comment fonctionne le défibrillateur ?
* Quel défibrillateur choisir ?

Comment réagir face un un malaise cardiaque ?

1-Reconnaître l’arrêt cardiorespiratoire (vérifier si la victime respire via 3 paramètres : entend-on le souffle ? Le sent-on sur sa joue ? Sent-on le ventre de la victime bouger grâce à la respiration ?
2-Immédiatement passer l’alerte. Passer une alerte signifie : téléphoner aux secours, donner des détails factuels sur la victime, communiquer un numéro où vous joindre, être précis sur le lieu de découverte de la victime.
3-Réanimation cardio-pulmonaire, ou massage cardiaque.
4-Utilisation d’un défibrillateur
5-Reprise de la réanimation cardio-respiratoire assistée par les commandes du défibrillateur jusqu’à l’arrivée des secours.

Le défibrillateur :

Un défibrillateur est un générateur qui va pouvoir délivrer des chocs électriques via deux électrodes. Un défibrillateur automatisé va diagnostiquer seul l’état de l’activité cardiaque et les caractéristiques du choc à délivrer. Les électrodes se posent sur la poitrine nue du patient, très souvent un nécessaire de rasage et des ciseaux sont intégrés afin que le contact des électrodes du défibrillateur soit optimal.

Pourquoi ce protocole ? Pour comprendre tout l’intérêt du défibrillateur dans le cadre de la réanimation d’une victime d’AC, il convient de comprendre quelques notions sur le fonctionnement du muscle cardiaque.Le cœur :Le muscle cardiaque est un organe situé derrière le sternum, légèrement axé en pointe vers le bas, la gauche et en avant au sein du thorax.Le cœur est un muscle permettant au sang de circuler dans l’ensemble de l’organisme. Il est constitué de deux oreillettes et deux ventricules divisés dans le « cœur gauche » et le « cœur droit » afin de pomper deux circulations en parallèle. Le cœur droit réceptionne le sang usé (veineux, pauvre en oxygène) et le refait passer dans les poumons afin de le ré-oxygéner (c’est ce qu’on appelle la circulation pulmonaire). Le cœur gauche propulse ce sang neuf vers tous les organes (c’est ce qu’on appelle la circulation systémique). Le sang est chargé de divers nutriments indispensables.Le cœur est un organe particulier : c’est un muscle fonctionnant de manière organisé et automatique. Le cœur est composé de 3 types de tissus : musculaire, fibreux (les frontières de l’organe) et nodal (conducteur, comme le tissu musculaire).Fonctionnement ordinaire du cœur :Une observation à l’ECG d’un cœur normal va montrer que l’influx électrique commence et reprend au niveau des oreillettes ; on dit alors que le rythme du muscle cardiaque est sinusal.Fonctionnement anormal du cœur : quand s’inquiéter ?

L’arrêt cardiaque : on parle d’arrêt cardiaque (AC) lorsque les contractions du cœur n’existent plus où ne permettent plus une circulation correcte.
Lorsque le signal de l’ECG est plat , c’est-à-dire que le cœur ne se contracte plus et que la circulation sanguine (donc oxygénation) est interrompue, on parle d’asystolie (absence d’activité électrique).
Lorsque le signal de l’ECG est anarchique, on parle de fibrillation ventriculaire (FV) : les contractions du muscle cardiaque sont désordonnées et inefficaces.
Que va faire le défibrillateur ? Pourquoi le défibrillateur est-il efficace ?

Un défibrillateur va se révéler efficace sur un cas de FV (fibrillation ventriculaire) : c’est un état transitoire de l’activité électrique. Le défibrillateur va choquer le cœur en fibrillation afin de forcer la régulation de l’activité électrique via le tissu nodal. Schématiquement, le défibrillateur va avoir une fonction de « tare » ; il va effectuer une resynchronisation de l’ensemble des fibres musculaires du cœur.

Un cas de fibrillation ventriculaire, s’il n’est pas pris en charge rapidement via l’utilisation d’un défibrillateur, évolue fatalement vers un arrêt complet : l’asystolie. L’asystolie est quand à elle bien plus compliquée à relancer : on a recours à des injections d’adrénaline ou d’autres assistance médicamenteuses d’urgence.
La défibrillation ne présente aucun intérêt en cas de signal plat contrairement aux idées reçues.
C’est pour cette raison que le défibrillateur est un outil particulièrement indispensable : utilisé rapidement au début de la crise cardiaque, il est une chance supplémentaire pour le cœur de ne pas passer en asystolie.
La première cause d’arrêt cardiaque est l’infarctus du myocarde, avec quasi systématiquement une phase de fibrillation ventriculaire précédent l’asystolie. Plus l’intervention avec un défibrillateur est rapide, plus la probabilité d’intervenir sur un cœur encore en fibrillation ventriculaire est élevée : les chances de survie sont ainsi augmentées !
Le défibrillateur va diagnostiquer l’activité cardiaque de la victime, identifier si le rythme cardiaque est « choquable » (en cas de FV) ou non (asystolie) et enfin délivrer la décharge appropriée pour re-synchroniser les contractions.
D’autre part, le défibrillateur saura aussi vous accompagner tout au long de ces étapes et au cours de votre massage cardiaque par messages vocaux.

Quel défibrillateur choisir ?

Il y a plusieurs types de défibrillateurs pour le grand public : DSA (défibrillateur semi automatisé), DAE (Défibrillateur automatisé externe), ou DEA (Défibrillateur automatisé externe) sont les plus courants.
Il existe aussi la défibrillation interne : par le biais de micropalettes après ouverture du thorax ; ainsi que la défibrillation manuelle ; pratiqués par les professionnels de santé. Le choc électrique est défini par sa forme d’onde (mono ou biphasique ) et son intensité ( exprimée en joules ).
Aujourd’hui, les autorités recommandent l’usage de Défibrillateurs Automatisés Externes (DEA), à onde biphasique d’intensité de 150-200 joules. Même les équipes médicalisées utilisent de plus en plus les DAE lors de leur prise en charge.
Le défibrillateur automatisé externe est très apprécié pour l’usage auprès du grand public car le défibrillateur, une fois mis en route et les électrodes posées sur la poitrine nue du patient, va non seulement effectuer seul le diagnostic de l’activité cardiaque de la victime, mais en plus il va de lui-même délivrer le choc électrique si nécessaire. L’ensemble de l’opération est guidée et commenté par une voix.
On notera cependant que l’usage d’un DSA présente un autre avantage : il fonctionnera exactement de la même manière, mais avant de délivrer le choc, il va demander à ce que le sauveteur appuie sur un bouton.
Pourquoi cette étape supplémentaire ? Elle permet de sécuriser l’entourage, d’être certain que le choc électrique est délivré alors que personne ne touche la victime. Cependant, si ce type de défibrillateurs apporte une sécurité supplémentaire, on peut craindre que le grand public, intimidé par une fausse impression de responsabilité supplémentaire, hésite malheureusement à faire le geste qui sauve.
Pour plus d’informations vous pouvez consulter nos vidéos de démonstrations réalisées par nos équipes spécialisées :
NMTV
Lire les articles du blog médical sur les défibrillateurs :
Défibrillateurs (DSA, DEA, DAE) : ce que dit la Loi
Défibrillateurs : Asnières sur Seine montre l’exemple
comment utiliser au mieux votre défibrillateur DSA : mode d’emploi, démonstration et maintenance.

Où consultez directement notre service Grands Comptes pour des questions précises sur votre matériel médical.

Laissez-nous vos impressions !

5 comments

  • Mon oncle a eu la vie sauve grace à un de ces appareils installé à la gare de lyon, et grâce à un médecin alerte qui passait par là…. Je ne saurais que trop conseiller la lecture de cet article, dans l’intérêt de tous. Ca pourrait arriver à tout le monde !

  • En effet, très bon article correctement détaillé. Ces appareils devraient êtres disséminés un peu partout que l’on en ai un toujours à portée de soi.

  • Le taux d’équipement en défibrillateur est encore faible en France. Les choses semblent toutefois évoluées dans le bon sens depuis l’adoption du décret n° 2007-705, autorisant toute personne à utiliser un défibrillateur automatisé externe.

  • Interessante comme technique ! <a href="reflux-gastrique.info&quo… reflux gastrique</a>

  • Merci pour cet article!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées par *